Charcuterie corse ( la vraie )

Autrefois activité traditionnelle des régions du centre de la Corse et élément clef de l'alimentation quotidienne, la charcuterie est devenue en quelques décennies un produit culte, recherché pour sa finesse de ses textures et son gout incomparable. Des qualités dues à la technique d’élevage extensif des porcu nustrale autant qu'à un savoir-faire ancestral.

Au cours des dernières décennies la très forte demande générée par le tourisme saisonnier pour ce produit emblématique a eu pour conséquence de construire une offre orienté vers la quantité. une certaine confusion est née entre les différentes "labels" de charcuterie corse que l'on trouve sur le marché: charcuterie corse, charcuterie de type corse, artisanale, fermière, industrielle.



Le terroir et l’écosystème comptent : traditionnellement la charcuterie se fabrique partout en  Corse mais seulement dans les régions d’altitude moyenne au sein de biotopes de chênes verts et de châtaigniers, capables de pouvoir à la nourriture des porcu nustrale. Dans ces micro régions, chaque vallée possède un savoir-faire singulier.
Certaines charcuteries, notamment le figatelli présentent de grande variations ingrédients et de techniques de mise en œuvre d’un village à l'autre. Ces différences sont particulièrement sensibles entre la Corse du nord et la Corse du sud : aussi bien dans les ingrédients qui le compose (ail, erba barona….), que dans les variations de temps de fumage, ou même dans les proportions : par exemple dans le Prunelli la proportion de foie est beaucoup plus grande que dans le reste de la Corse).

vers un label pour la charcuterie corse

La réglementation européenne, extrêmement directive pour  les produits d'origine animale a eu les mêmes conséquences que dans le reste de l'Europe : elle a contribué à substituer des produits aseptisés aux authentiques fleurons de la charcuterie corse traditionnelle parfaitement adaptés au biotope corse : prisuttu, lonzo, coppa et figatellu, tout en profitant de leur image de marque

Nous plaidons pour l’adoption d’un label comme l’Espagne ou en Italie l’on fait.